La chambre intime

1

“La puretén’est pas de ce monde maistous les 10 ans, il y a salueur, son éclair”
Jean Giraudoux

Photographe : HONG Yi
Né en 1982 à Luoyang, l’une des quatre capitales historiques de la Chine.
Étudiant résident à l’École nationale supérieure de la photographie à Arles, 2013 – 2015.

Les personnes dela série de photographies « Chambre intime » sont les amies, ou sont devenues des amies du photographe.
Rencontréesà diverses occasions, elles ont toutes des vies différentes : métiers, caractères, voix et odeurs… mais elles ont un point en commun : chinoises en résidence en France, et poursuivant chacune leurs propres rêves…
Avec l’approche de portrait-photographie, le photographe cherche à dévoiler le statut psychologique de ces chinoises qui vivent à l’étranger. Il se tient près d’elles pendant un ou deux jours. Il communique avec elleset saisit l’intimité avec son appareil. Au fur et à mesure, son rôle du photographe devient obscur, ambigu, de celui d’observateur à celui de confident. Elles se relâchentet laissent aller la tension interne.

« Je crois que c’est par l’instinct, par la voix, l’odeur, le geste, qu’on peut connaître une personne, saisir son être, tout comme ce que font les animaux, tout comme nos ancêtres. Il faut parfois se méfier des yeux, qui ne voient que la projection de notre propre pensée.

Pendant nos communications à travers les images, la parole, je me dissous dans l’ombre, dans l’observation neutre. Paradoxalement, en essayant de mesurer l’âme d’une autre, en cherchant la lumière de son être, les images me révèlent, tout près d’elles.

La prise de photo est ici conçue comme un trigger.Leurs portraits un miroir qui me reflète à chaque clic.

Dans ce projet, c’est moi-même que je recherche.»

Hong Yi